Ankara : temple d’Auguste



Ankara : temple d'Auguste

Bâti au Xe siècle, le temple d’Auguste se trouve à Ulus, un quartier d’Ankara. On l’appelle couramment Monument d’Ancyre, nom ancien de la capitale turque. Il est célèbre car il conserve le testament politique de l’empereur Auguste.

Présentation de l’édifice

En l’honneur de l’empereur romain Auguste, le temple est édifié par le roi Galata Pylamenes à l’emplacement de l’ancienne acropole. Ancyre étant devenue la capitale de la nouvelle province romaine Galatie, le temple montre la totale dévotion de la ville à l’empire.

A l’entrée du monument, on peut voir sur les murs des inscriptions : le testament politique (les Res gestae) de l’empereur Auguste. Cette inscription est découverte en 1555 par Ogier Ghislain de Busbecq, ambassadeur de l’empereur Ferdinand Ier de Habsbourg à Constantinople. Il en parle dans ses écrits qu’il publie en occident.

Les Res gestae sont en latin et en grec. L’inscription latine est sur trois colonnes dressées sur les faces internes des murs du vestibule. La version grecque se trouve sur 19 colonnes sur le mur extérieur gauche de la Cella.

Ces inscriptions ne sont qu’une copie du texte original, écrit sur des plaques de bronze placées devant le mausolée de l’empereur Auguste à Rome. Ces plaques ont aujourd’hui disparu, et leur contenu n’est connu que par les copies inscrites sur les murs de tous les temples dédiés à Auguste dans l’Empire romain. On retrouve ailleurs plusieurs autres copies, comme en Syrie et en Asie Mineure. Celle d’Ankara porte la plus grande partie des Res gestae.

Le temple d’Auguste est transformé en église dès le 4e siècle, puis devient une mosquée après la conquête des Ottomans.


En savoir plus :