Délicieuse gastronomie en Guadeloupe

jeudi 1er février 2018

Délicieuse gastronomie en Guadeloupe

Bien que les îles partagent des similitudes culinaires, chacune est connue pour ajouter un ingrédient distinct à l’expérience gastronomique guadeloupéenne - Grande-Terre pour sa scène gastronomique sophistiquée, Basse-Terre pour sa sélection de restaurants créoles, La Désirade pour ses fruits de mer frais, Marie-Galante pour ses fermes biologiques, et Les Saintes pour sa crème anglaise à la noix de coco Tourment d’amour.

En Guadeloupe, les "scènes culinaires" sont un mode de vie, car le riche patrimoine culinaire, qui exprime les influences culturelles françaises, africaines, indiennes et caribéennes de la Guadeloupe, imprègne la vie quotidienne. Les traditions culinaires ancestrales des plats français et créoles coexistent délicieusement avec les styles et les saveurs contemporains et, lorsqu’elles sont fusionnées, produisent des spécialités alléchantes comme la Nouvelle Cuisine Créole - une interprétation moderne des plats créoles savourés par les habitants et les visiteurs. Le nom d’origine de la Guadeloupe, donné par les Arawaks, est Karukera, ce qui signifie "terre de l’eau magnifique". Non seulement cette beauté a été préservée, mais la Guadeloupe est également une riche source de fruits de mer très frais. Votre mahi-mahi, votre homard et même les algues passent de l’océan à votre assiette en quelques heures à peine, ce qui se traduit par un délicieux éveil de vos papilles.

Le café, l’or noir

Les îles de la Guadeloupe sont la plus ancienne région de culture du café des Amériques. En 1726, Gabriel Mathieu de Clieu (ancien gouverneur de la Guadeloupe) a introduit en Guadeloupe des graines de café Arabica Typica, provenant du Jardin botanique royal de Paris.

Cette variété d’Arabica Typica est restée pure, sans mélange avec d’autres variétés. Rares sont ceux qui savent que la Guadeloupe produit encore du café.

Sa culture confidentielle et la qualité de son arabica le place parmi les grands crus de prestige. Deux grandes maisons : Vanibel et La Griveliere, 100% ARABICA et Made in Guadeloupe Islands

Délices créoles

Outre les plages et les rivières, la Guadeloupe possède également de nombreux trésors gourmands tels que le "Kassav’", le "Tourment d’Amour", le "Sorbet coco" ou le Bokit !

Le Kassav’ est une crêpe de manioc que l’on déguste nature ou avec une farce salée (sel froid) ou sucrée (noix de coco ou confiture de goyave).

Le Tourment d’Amour est une pâtisserie des Saintes qui ressemble à un cupcake de petite taille et qui est aromatisé à la noix de coco ou à d’autres fruits tropicaux et BIEN SÛR notre fameux BOKIT, un délice 100% guadeloupéen de pain naan frit farci de viande, de légumes ou de poisson. Vous pouvez trouver le meilleur "Bokit" à Gosier au "Petit Creux".

Sorbet à la noix de coco

Le sorbet à la noix de coco est un délice créole et un incontournable après une belle journée à la plage. Il est très savoureux grâce à des épices comme la cannelle, la noix de muscade, la vanille, etc.

Traditionnellement fabriqué avec une sorbetière manuelle, le parfum original est la noix de coco, mais vous pouvez parfois trouver d’autres parfums tels que : fruit de la passion, mangue, goyave et bien d’autres encore. Vous en trouverez sur la plupart des plages des îles mais aussi le long des routes. N’hésitez pas à vous arrêter pour déguster un délicieux sorbet.

Festival des cuisinières

Chaque mois d’août, depuis près d’un siècle, les îles de Guadeloupe honorent et célèbrent les femmes cuisinières, bastions des traditions culinaires créoles, que l’on appelle les "professionnelles de la bouche".

Vêtues de leur tenue traditionnelle de cuisinière avec foulard et tablier brodé de leur emblème, elles se rendent à la Basilique St Pierre et St Paul pour faire bénir par le clergé des paniers de nourriture, des fleurs et des ustensiles de cuisine.
Ensuite, ils traversent la ville pour se rendre à une grande fête où l’on danse et où l’on mange.

Marchés

Débordant de saveurs et de couleurs, nos marchés aux vitrines exquises, le long des plages ou dans les centres-villes, valent le détour ! Vous y dégusterez nos fruits et légumes locaux, nos épices et nos produits de la mer, bref tout ce dont vous avez besoin pour préparer votre plat préféré de la mer à la table ! Ces marchés sont un élément essentiel de la vie guadeloupéenne.

Voici des informations complémentaires sur nos 3 principaux marchés de la Grande Terre :

  • Marché de Sainte-Anne : situé au centre de la ville, le long de la plage. Ouvert tous les jours de 9h à 19h. Les agriculteurs vendent des épices, des légumes, du poisson (très tôt le matin), du punch au rhum local et des spécialités créoles.
  • Marché de Pointe-à-Pitre : situé au cœur de la ville, près du port et de la place de la Victoire. Ouvert tous les jours de 6h à 16h. Les fermiers vendent des fruits, des légumes, des épices, des poissons et des crustacés.
  • Marché de nuit du Gosier : situé au centre de la ville, entre la plage et l’église. C’est un marché du vendredi uniquement, de 16h00 à 21h00. Les fermiers vendent des épices, des légumes, des délices créoles (comme le pain fruit de la passion/cannelle/goyave, le bokit, le gâteau et le sorbet à la noix de coco...). Les artistes locaux vendent de très beaux objets d’art (lampes, bijoux, fournitures, tous fabriqués avec des produits locaux).

Sur l’archipel des Saintes

Même si l’arrivée en catamaran dans l’archipel des Saintes est un enchantement, je ne parlerai pas de ce restaurant que nous avons sélectionné pour être semble-t-il l’un des plus rapides et des plus honnêtes. Un endroit tout petit, un service heurté et sans sourire, nous sommes au pays des touristes, de la rentabilité. Sont-ce ces nomades d’un jour qui rendent les Saintois si peu courtois dans leur service ? J’espère me tromper. Nous avons déjeuné de boudins antillais tout juste à la hauteur et d’une salade de seiche un peu caoutchouteuse. Oublions, mais si vous allez aux Saintes, vous prendrez plaisir à cette escale aux couleurs Caraïbes.

Il me faut aussi évoquer le restaurant du Paradis Créole, où raffinement et simplicité se côtoient pour le bonheur du palais des clients de l’hôtel. Une carte courte mais équilibrée, mêlant une cuisine moderne à des produits locaux et des parfums dépaysants. La décoration des plats est un ravissement et le service est discret mais chaleureux.

Et que dire de cette magnifique assiette de ouassous au curry créole que nous avons dégusté un midi à la ferme aquacole de Pointe-Noire ? Un plat somptueux de crustacés de belle taille alanguis sous une couche de sauce onctueuse et savoureuse, à s’en lécher les doigts ?… Nous l’avons fait !

Et comment raconter en quelques mots ce dîner ultra-sympathique dans un tout petit restaurant de Pigeon-Bouillante un soir de pluie ?… Six tables au plus, un seul plat du jour mais des pizzas à volonté… Un chef guadeloupéen en cuisine qui avait passé 15 ans de sa vie à Bordeaux avant de rentrer au pays et qui était ravi de nous tenir compagnie pour échanger des avis sur la sécurité, sur la circulation, sur l’avant-tourisme en Guadeloupe et la Guadeloupe et ses aménagements depuis son retour… Je ne me souviens plus de ce que nous avons mangé même si c’était excellent, mais je garde en mémoire le plaisir de ce dîner en bonne compagnie et en toute simplicité. L’impression d’être accueillis, d’être les bienvenus.

A ne pas rater

Enfin, il me faut raconter ce dernier déjeuner sur Basse-Terre, alors que nous quittions la Guadeloupe et les Guadeloupéens à reculons : ce restaurant de plage est pourtant situé à Malendure, non loin du précédent, celui qui propose des brochettes de marlin pané. Mais quelle différence !… Bien sûr, la mer est moins proche même si on la voit tout de même sans risquer le torticolis, Chez Sylvie est coincé entre deux échoppes de paréos et autres jupes en madras qui font tourner la tête des touristes désireuses de rapporter quelques étoffes locales dans leurs bagages. Une doudou bien en chair et résolument chaleureuse nous a conseillé dans notre choix et nous avons terminé ce voyage avec le souvenir de nos plus grands délices : un grand jus d’ananas frais, un colombo de poulet pour l’Homme, et une fricassée de lambis au coco pour moi, le tout accompagné de gratin d’igname et de soufflé de giraumon (un souffle de légèreté). Le lambi est ce gros mollusque à la coquille de nacre que l’on pêche sous surveillance dans les Antilles mais sans compter aux Bahamas. Alors que j’en avais goûté sous forme de beignets fris aux Bahamas l’année précédente, je me suis réconciliée avec ce coquillage qui peut avoir une saveur délicatement iodée et une texture fondante lorsqu’il est cuisiné à la perfection, et particulièrement avec cette sauce crémeuse au lait de coco et au curry. Un plat à fondre de regrets en regardant l’heure du départ approcher à grands pas sur ma montre…

Si nos agapes guadeloupéennes nous ont ravis, nous n’oublions pas que le plaisir de ces repas est également lié à la gentillesse de ceux qui nous ont accueillis dans leurs restaurants et qui nous ont parfois conseillés, parfois imposés des plats et des parfums que nous ne connaissions pas. Si vous allez en Guadeloupe, réclamez des ouassous, de la pieuvre (du chatrou) ou des lambis. Goûtez aux poissons, au boudin de poisson et au boudin antillais, plus classique mais bien meilleur sur place. Testez le blaff et le colombo, les deux plats typiques de l’île. Et faites le tour de ces « racines » méconnues en métropole mais qui valent bien la truffade, la purée de pomme de terre et nos tartiflettes. La purée de manioc, accompagnée d’un hâchis d’oignons est un régal, le soufflé de giraumon est aérien, et les gratins de bananes plantain ou de madère valent nos dauphinois.


A voir aussi sur le site

  • Canyoning à la Guadeloupe

    Émergeant des Caraïbes dans les îles Sous-le-Vent et les Petites Antilles, l’archipel de la Guadeloupe est un chef-d’œuvre géologique d’une aventure exaltante. Composé de plus de 12 îles et îlots, le sol
  • Guadeloupe, découvrir Marie-Galante

    Marie-Galante, aussi appelée "l’île aux 100 moulins à vent", est un petit coin de paradis au cœur des Antilles françaises. Située à une heure de bateau de l’île principale de la Guadeloupe, Marie-Galante
  • Guadeloupe, paradis des Caraibes

    Situé dans la partie la plus méridionale des îles sous le Vent dans l’est de la mer des Caraïbes, la Guadeloupe est composée de cinq îles principales : l’île de Basse-Terre, Grande-Terre (séparée de la
  • La Guadeloupe

    Connue des Indiens Caraïbes comme "l’île aux belles eaux" en raison de sa mer bleue, de ses eaux cristallines et de ses plages dorées bordées de palmiers, la Guadeloupe surgit du fond des océans pour