Los Angeles, la cité des anges
Accueil du site > Amérique du Nord > Los Angeles, la cité des anges

Los Angeles, la cité des anges




Los Angeles, la cité des anges

Los Angeles, deuxième ville des Etats Unis, 320 jours de soleil par an, patrie des Lakers, et des blockbusters, moi ça titillait ma curiosité de voir à quoi ça ressemblait. Hugo un peu moins, il se la racontait genre « L.A je m’en tape le coquillard ». Et puis quand on y a passé trois jours, il a tout de suite changé d’avis. Bah ouais parce que malgré ce que tout le monde dit bah LA c’est cool (même si, soyons clairs, notre chouchoute reste Chicago…).

On débarque à L.A, après un petit passage à la Death Valley. Autant vous dire, rien à voir niveau populace et paysage. D’un côté c’est désert et coyotes et de l’autre, c’est jungle urbaine et chicanos. Pas la même. Tout le monde nous disait « c’est monstrueux, ce n’est carrément plus une ville, vous verrez c’est flippant et dangereux » …etc. Bref autant vous dire que j’avais les chocottes de conduire là-bas ! Soulagée j’étais quand on est arrivé dans le centre sans même s’en rendre compte. On n’a jamais eu de GPS aux Etats Unis et on s’est toujours démerdé sans trop de problèmes. Hugo étant un copilote au top du top. Moi m’occupant de ne pas avoir d’accident parmi les milliers de bagnoles qui débarquent de partout. Complètement crazy.

Enfin, on y est ça y est. On est à Los Angeles, ça en jette un max. Encore plus quand on rencontre Molly, notre hôte Air bnb, prof de yoga et best host ever ! Ça fonctionne tout de suite, bien que son mec soit argentin… (c’est une blague !). Elle est aux petits soins avec nous et la maisonnette qu’elle nous loue est le must du must. En plus on est dans le quartier coréen alias Koreatown… ouais je sais pas c’est cool quoi le quartier coréen. Passage à l’aéroport chercher les parents d’Hugo et on les traîne à notre premier match de NBA, Les Clippers VS Les Grizzlis de Memphis : la mère d’Hugo roupille, jetlag oblige, et nous on s’éclate vraiment. C’est un show à part entière. Un truc à faire une fois dans sa vie. Entre les pompom girls, les combats de danse entre les gens du public (à celui qui se ridiculisera le plus sur l’écran géant), les discours militaires larmoyants et les mecs de 2,30m qui étire le bras et touche le panier.… tu te sens plus qu’aux Etats Unis. Tu es aux Etats Unis. Et forcément nous on kiffe. On passe trois jours à L.A et ce n’est définitivement pas suffisant. J’y retournerais avec plaisir. C’est une ville hyper agréable, truffée de quartiers sympas, de musées et de jolies plages. Il y a l’embarras du choix, du centre-ville en pleine renaissance aux quartier chics de Beverly Hills en passant par le quartier…coréen ! Tout ça en bagnole hein sinon ça se complique…

On commence par le classique Hollywood Boulevard et son Walk of fame. Histoire de dire qu’on y a été car en fait en réalité c’est vachement moins marrant de voir les stars (dans les deux sens) que tu (re)connais. Enfin la première fois oui, mais au bout de la cinquième ça va quoi… Hugo me regardait d’un air désespéré genre t’as fini ou quoi ? « Bah t’as vu là Charlie Chaplin ? » Et il était déjà 15 mètres devant entrain de marcher sur Robin Williams tu vois le genre… Tu prends une photo, deux et t’arrêtes quoi…Le seul truc un peu funny c’était un mec qui avait marqué « El chapo » sur une étoile vide du boulevard. Ça nous a fait rire 5 minutes. Ce qui nous emmerdait à mort par contre c’était les mecs qui te proposaient tous les 4 mètres de faire des tours avec eux pour aller voir les maisons des stars. Non mais, sérieux les mecs votre tour à 50 dollars pour voir d’immenses haies, grillages ou portails merci mais non merci. M’en fous de la maison de Tom Cruise moi mais « Pss psst tu peux me faire rentrer dans celle de Charlie Hunnam de Sons of Anarchy stp ? please ! please !pleassee !! Tu me dis où je peux le croiser et je te donne tout ce que j’ai. TOUT tu m’entends ?!! »

Bref on ne va pas vous faire un guide touristique non plus hein c’est pas notre genre, mais West Hollywood, Beverly Hills, Santa Monica, Downtown L.A (gros coup de cœur !), Venice Beach, tous ont des petits côtés mignons, charmants, des musées à la bien et des rues choupinous…Enfin si, allez, faisons un peu de tourisme !

Parlons de Santa Monica par exemple, un des quartiers que j’ai bien kiffé à L.A qui en fait n’est pas un quartier de LA mais bien une ville à part avec sa propre police, son propre maire tout ça …enfin bref c’est pareil. Rappelons que Los Angeles et sa banlieue s’étendent sur plus de 120km… on ne distingue pas vraiment les limites de la ville quoi…En tout cas Santa Monica c’est big plage qui déchire, petite jetée avec hot dogs et montagnes russes qui s’illuminent la nuit. Robert Redford y est né en plus et ça c’est pas rien non plus… Et puis c’était aussi un lieu de RDV des hippies à l’époque, ils l’avaient même renommé la République populaire de Santa Monica…Peace.

Il y aussi sa voisine, Venice Beach, qu’on a trop kiffé et qui a été le lieu de tournage d’Alerte à Malibu (vous vous en foutez mais je vous le dis quand même). Vous savez pourquoi Venice s’appelle Venice ? Car Abbot Kinney, un développeur immobilier avait super kiffé Venise en Italie et en revenant dans sa contrée natale a décidé de recréer un semblant de la ville des gondoles ! Du coup aux environs de 1910, on pouvait faire de vrais tours en gondoles (100% importées d’Italie direct !) sur des canaux à Los Angeles. Et ouais. Maintenant c’est un peu miteux mais quand même vachement moins qu’il y a une vingtaine d’années où ce quartier était réputé comme étant le coin fétiche des junkies et des mecs louches. Aujourd’hui il y a toujours des mecs louches (on en a vu un qui avait une petite charrette avec un cochon dedans. Un cochon qui portait une couronne…oui oui…) et des drogués mais à la cool tu vois. En tout cas si tu veux avoir un chinese massage à 5 dolls, de la beuh dans une pharmacie (réservé qu’aux Californiens qui sont nombreux à nous lire on le sait), des fringues de skate, de l’encens ou encore des têtes d’indiens en bois à accrocher sur ton mur c’est par là que ça se passe. Pareil pour les rollers et planches de surfs. C’est par là que ça se passe. C’est un peu l’ambiance tout le monde est cool, fais du breakdance ou du sport avec de beaux chiens soyeux qui n’aboient pas tu vois le genre. C’est sympa mais un peu

Mots-clés de l'article

Recommandez cet article à vos proches




sejour.org