Randonnée en Ecosse

Randonnée en Ecosse




Randonnée en Ecosse

Pratiquer la randonnée en Écosse, ce n’est pas tout à fait comme ailleurs, et on comprend vite pourquoi.

Premier point important, la météo

On a mis quelques jours à comprendre qu’il n’était pas vraiment nécessaire de lire le bulletin météo pour savoir à quoi s’attendre. Bien sur c’est fortement recommandé si on veut s’engager sur quelque chose de long ou de technique, mais ce qu’il faut bien comprendre c’est qu’ici la météo est une science plutôt approximative. Chez nous on dessine un soleil, un nuage ou de la pluie, on met la température et tout le monde sait à quoi s’attendre. Ici il faudrait mettre tous les jours un soleil à moitié caché par un nuage avec des gouttes de pluie en dessous, ce qui finalement n’apprend pas grand chose sauf que ça va changer toute la journée, comme tous les jours en fait. Alors on prend tous les vêtements qu’il faut pour toutes les situations : on se prend des rafales de vents dans la figure, ensuite le vent tombe et le soleil se montre alors on se découvre, jusqu’à se retrouver dans la brouillard et la bruine une demi-heure plus tard, et là on renfile tout jusqu’à la prochaine éclaircie. La bonne surprise est que même si on se prend des petites averses de temps en temps, le brouillard reste rare et on profite donc bien des paysages. On a même des très belles journées, et ça en Écosse il faut le savourer.

Deuxième paramètre important : le terrain humide.

Je ne parle pas d’herbe mouillée, de chemins un peu boueux et de petits ruisseaux à traverser. Ici le chemin se transforme régulièrement en ruisseau, la flaque de boue peut engloutir une chaussure entière et la mousse d’apparence inoffensive peut cacher un véritable marécage. Il faut un petit temps d’adaptation pour apprendre à bien sonder le terrain de son bâton, juger si cette touffe de mousse ne cache pas 20 cm d’eau et trouver le meilleur moyen de traverser le marécage de 5 mètres de large qui coupe d’un coup le chemin sans prévenir. Le secret réside dans des petits pas rapides, en répartissant bien son poids avec les battons, avec un saut final vers la pierre promise. Tout un art.

S'orienter

Pour s’orienter, il faut aussi s’attendre à quelques difficultés parce que rien ou presque n’est indiqué. Pas de panneau aux croisements, très peu de distance, aucun nom de lieu-dit ou autre. On aime ou pas, mais ça change de chez nous. En fait la plupart du temps le relief facilite les choses : on est presque tout le temps dans une vallée (un “Glen”), et on repère assez facilement les sommets (les “Ben”). On a pas essayé dans la purée de pois totale, mais jusqu’à maintenant on ne s’est jamais paumé (même si on n’est pas toujours là où on croit être, bien sûr !).

Quelques belles randos

- Le Ben Ann, dans la région des Trossachs
- Glen Coe, une des plus belle vallée
- Glen Nevis, au pied du toit de la Grande Bretagne

En savoir plus :

Recommandez cet article à vos proches




sejour.org