Pékin : temple de Yonghe



Pékin : temple de Yonghe

Le Temple de Yonghe, Yonghe Gong, Lamaserie de l’Harmonie et de la Paix ou encore Temple des lamas sont les différents noms du temple bouddhiste tibétain le plus grand et le plus fréquenté de Pékin. Situé au nord-est de la ville, il a près de cinq siècles d’existence.

Brève histoire sur le temple

Le complexe est construit en 1694 pour accueillir Yongzheng, avant son accession au pouvoir en 1723. Le palais est transformé en résidence pour lama quand l’empereur intègre la Cité Interdite après son accession au trône.

A sa mort en 1744, son successeur offre officiellement le temple-palais aux moines bouddhistes tibétains qui l’agrandissent.

Pendant le XVIIIe et le XIXe siècle, le bâtiment abrite plus de 300 moines tibétains, mogols et mandchous. Il devient pour les autorités chinoises un outil pour dompter les minorités ethniques environnantes. On comprend pourquoi il est épargné lors de la Révolution culturelle en 1949.

Description du monastère

L’ensemble associe les styles architecturaux chinois han de l’époque Qing, tibétain, mongol et mandchou. On entre dans le domaine au sud, par une énorme porte joliment décorée. L’accès s’ouvre sur un vaste espace servant de parking. On rencontre des lamas de la centaine qui habitent toujours le temple.

Le complexe a trois parties composées de bâtiments, d’un beau jardin et de la cour Baofang sur un espace de 66 400 m2.

Les édifices sont construits en bois induit rouge-vif, couleur porte-bonheur selon la croyance. Dans la cour, deux pavillons contigus abritent les Tour de Tambour et de Clocher. On peut admirer un brûle-encens en bronze de 1747, et des objets recouverts d’or à l’intérieur du temple.

Dans une salle, on peut voir une exposition sur le Dalaï-lama et les liens historiques entre la Chine et le Tibet.


En savoir plus :