Les chutes d’Iguazu au Brésil
Accueil du site > Amérique du sud > > Les chutes d’Iguazu au Brésil

Les chutes d’Iguazu au Brésil




Les chutes d'Iguazu au Brésil

Les chute d’Iguazu sont un ensemble majestueux de près de 275 chutes d’eau se jetant dans le fleuve du même nom, localisées entre le Parque Nacional do Iguaçu et l’Etat du Paraná au Brésil ; et Misiones en Argentine.

Parque Nacional do Iguaçu

L’aire totale correspond à 250 mille hectares de flore tropicale, déclaré Patrimoine Naturel de l’Humanité.

Les parcs nationaux argentin et brésilien furent crées en 1934 et 1939 dans le but de protéger les réserves d’eau et le milieu naturel constitués par ces chutes. Ces parcs devinrent Patrimoine de l’Humanité en 1984 pour le brésilien et en 1986 pour l’argentin. Depuis 2002, le Parque Nacional do Iguaçu est un des sites géologiques brésiliens.

Un peu d'histoire

Historiquement, le premier européen à atteindre les chutes d’Iguazu fut espagnol, Álvar Núñez Cabeza de Vaca, en 1542.

Depuis 2011 les chutes d’Iguazu ont été élevées au rang de Nouvelle Merveille du Monde par la fondation New 7 Wonders.

Le terme Iguazu provient du guarani, dérivé de y (eau) et de guasu ou guaçu (grande), signifie littéralement « eau grande »,c’est-à-dire fleuve de « grandes eaux ».

Une belle légende guarani conte la création des chutes.

« Il y a très longtemps, le cours du fleuve Iguazu ne connaissait pas d’entraves. Sur ses rives vivaient les indiens caingangues, qui croyaient que le grand chamán M’Boy était le dieu-serpent, fils de Tupã. Ignobi, chef de la tribu, avait une fille appelée Naipí, qui devait être consacrée au culte du dieu-serpent.
Tarobá, jeune guerrier de la tribu tomba amoureux de Naipi et le jour de sa consécration, fuirent par le fleuve en canoë.
M’Boy, furieux contre les fugitifs,provoqua des éboulements sur le fleuve, formant les chutes. Tarobá se transforma en palmier au bord des chutes, et Naipí, en pierre près d’une cascade, constamment frappée par les eaux. Surveillés par M’Boy, ils demeurent là, Tarobá condamné à contempler éternellement sa bien-aimée sans pouvoir la toucher. »

En savoir plus :

Recommandez cet article à vos proches




sejour.org