Paris, la Rive gauche
Accueil du site > Europe > > Paris, la Rive gauche

Paris, la Rive gauche




Paris, la Rive gauche

Voilà une balade dans les arcanes du chic parisien. Sèvres-Babylone, son élégant Bon Marché et son imposant Hôtel Lutétia. Saint-Sulpice, ses maisons d'édition et ses adresses mode ou beauté confidentielles. Odéon, ses ruelles marchandes et ses librairies distinguées. Le jardin du Luxembourg, ses expositions extérieures et son musée. Boutiques pour gourmets, micro placettes et terrasses, restaurants gastronomiques d'exception mais jamais tape à l'oeil... Impossible de passer à côté de la distinction « germanopratine » qui imprègne naturellement les alentours !

Sèvres Babylone : l'arrondissement du chic parisien

Paris rive gauche

Commencez cette balade dans le centre névralgique de la Rive Gauche au métro Sèvres Babylone. Vous êtes au coeur du très chic et très snob VIIe arrondissement, incarné par le grand magasin du Bon Marché qui se dresse devant vous, avec son petit jardin à ses pieds. Juste derrière ce temple du chic parisien, se cache son antenne gastronomique : la Grande Epicerie de Paris. Toujours sur la grande place, vous apercevez les moulures blanches du bel Hôtel Lutétia, dont le bar mythique accueille quotidiennement les interviews discrètes du gotha du cinéma.

Un peu plus au sud, dans le boulevard Raspail (juste après le Lutétia), prenez la rue d'Assas qui abrite le restaurant du grand chef Hélène Darroze. Sa cuisine inspirée des terres landaises lui a déjà valu deux étoiles au Michelin. La formule du midi (68 euros) est particulièrement attractive. Plus loin dans la rue, règne en grand maître le chocolatier Christian Constant, célèbre, entre autres, pour ses tartes au chocolat noir. Après avoir goûté à l'un de ses délices, revenez sur vos pas.

Du début de la rue d'Assas, prenez la rue du Cherche-Midi à droite. Régalez-vous avec les vitrines des boutiques de mode. Ne ratez pas la Boulangerie Poilâne, réputée pour ses miches de pain de campagne inimitables. Si vous avez encore de la place, goûtez donc l'un de ses croissants !

Au prochain croisement, prenez la rue du Four sur la gauche pour une pause culturelle à la librairie Chantelivres puis, sur la droite, une visite à l‘espace muséal EDF Electra de la petite rue Récamier. Consacrées à la nature, au patrimoine, ou à l'art contemporain, ses expositions thématiques ont pour mission de rendre à la « fée électricité » sa puissance poétique et de faire de la lumière un média créateur et porteur de sens. Le cinéma, les nouvelles technologies et la photo y sont donc à l'honneur. Empruntez ensuite la rue adjacente des Saint-Pères. Elle vous mènera au boulevard Saint-Germain, qui incarne un autre visage de la Rive Gauche.

Saint-Germain, poumon bohème chic et arty de la Rive Gauche

Paris 6eme

Arrivé dans le boulevard Saint-Germain, remontez-le à gauche jusqu'à la boutique de parfums Fragonard, qui allie le charme de la Provence au dépouillement de l'esprit contemporain. Reprenez le boulevard à l'envers, dans le sens des voitures. Vous y trouverez la boutique Sonia Rykiel avant d'arriver au saint des saints germanopratin : après avoir passé la librairie La Hune, les mythiques Café de Flore et des Deux Magots d'un côté, et pile en face, la Brasserie Lipp suivie du Emporio Armani Caffé, vous foulez enfin le parvis de l'église de Saint-Germain-des-Prés, bordée de son délicieux petit jardin. Le siège du Paris intellectuel et bohème de la première moitié du XXe siècle est devenu le centre des créateurs et des belles boutiques de la Rive Gauche. Vous êtes à un noeud gordien du quartier.

Au nord, vous arrivez aux quais de la Seine en suivant l'étroite rue Bonaparte, où trône une boutique Dior. Avant de croiser la rue des Beaux-Arts, qui abrite le très chic établissement L'Hôtel et son bar-restaurant récompensé d'une étoile au Michelin, la rue Bonaparte rencontre la délicieuse rue Jacob. Ses petites échoppes possèdent chacune une identité singulière, à l'instar de l'Huilerie Leblanc et fils où vous trouverez des huiles de première pression à froid et d'excellente qualité artisanale. Très réputé également, le restaurant Les Assassins.
Par la droite, au bout de la rue Jacob, vous entrez dans un dédale de ruelles aussi courtes que charmantes où il fait bon se perdre. Rue de l'Echaudé, passage de la Petite Boucherie, rue de l'Abbaye, rue du Château... Savourez l'architecture des vieilles bâtisses rescapées des percées haussmanniennes qui ont modifié une grande partie de la capitale au XIXe siècle.

Vous débouchez rapidement sur la rue de Seine et son chapelet de galeries d'art. Parcourez ses deux trottoirs pour toutes les visiter, en portant une attention particulière aux deux plus célèbres, les galeries Downtown et Vallois. Les passionnés de contemporain feront un petit crochet dans la rue Guénegaud (par la rue Jacques Caillot) afin de jeter un coup d'oeil à la galerie Incognito, ouverte 24 heures sur 24 pour ses adhérents. Vous passerez probablement devant l'Alcazar, rue Mazarine. Le lieu a été repris par Sir Terence Conran, qui en a fait un lieu branché très apprécié pour sa galerie de photos et son excellente cuisine.

Redescendez ensuite la rue de Seine jusqu'au 56, où vous pourrez faire une pause dans le salon de thé et boutique Kusmi Tea. Si vous préférez goûter à l'ambiance unique de la rue de Buci toute proche, rendez-vous au bar Les Etages ou sur une autre jolie terrasse de ce petit axe commerçant dont les étals de fleurs, de fruits et de fromages débordent tant que les Parisiens en parlent plus comme d'un marché que d'une rue ! Elle n'en demeure pas moins fidèle à l'esprit « refuge d'éditeurs » du quartier, comme en témoigne, au numéro 2, le Taschen Store, une magnifique librairie d'art et de design connue dans le monde entier.

Encore faim de peinture ou de sculpture ? Poursuivez dans la rue Saint-André-des-Arts qui porte bien son nom, puisqu'y siège l'une des galeries de Kamel Mennour (l'autre est accessible au 60 rue Mazarine), un passionné qui expose des artistes contemporains du monde entier.

De l'effervescence d'Odéon aux allées bucoliques du jardin du Luxembourg

Paris 6, Palais du luxembourg

Vous êtes maintenant tout près de la place de l'Odéon que vous rejoignez par la rue de l'Ancienne Comédie. Ne ratez pas le Procope : c'est le plus vieux café de Paris ! Vous arrivez rapidement dans le boulevard Saint-Germain, avec ses cinémas qui attirent la foule à toute heure du jour et du soir. A quelques centaines de mètres, vous trouverez sur son trottoir de droite la boutique du chocolatier-sculpteur Patrick Roger. Ce meilleur ouvrier de France enchante le tout Paris avec ses créations imaginatives et bon enfant. A voir et à goûter absolument !

De retour sur le carrefour de l'Odéon, prenez rue des Quatre-Vents puis la rue de Tournon sur la gauche. Large et majestueuse, elle tranche avec les petites venelles que vous venez d'explorer côté rue de Seine. Elle vous mènera directement aux grilles du Jardin du Luxembourg, que vous longerez de l'extérieur sur la droite, en suivant la rue de Vaugirard. Vous pourrez peut-être admirer l'une des expositions régulièrement accrochée sur ses grilles. Vous arrivez ensuite à la place Edmond Rostand et sa brasserie éponyme, célèbre pour sa belle terrasse ombragée et ses excellents clubs sandwichs.

De la place Edmond Rostand, prenez le portail principal du jardin, toujours encadré de marchands de glaces. Complètement sur votre droite, après le kiosque à musique, arrêtez-vous un instant près de la poétique Fontaine Médicis. Parcourez ensuite le périmètre du bassin principal, sur lequel quelques enfants font naviguer leur petit bateau. Le Sénat, grandiose, s'élève devant l'esplanade ponctuée de sièges métalliques couleur vert d'eau. Montez le grand escalier qui mène au versant ouest du jardin. Déambulez entre les arbres centenaires, les poneys pour enfants et les terrains de tennis puis ressortez du jardin côté rue Guynemer. C'est là où vous trouverez le Musée du Luxembourg. En remontant la rue Guynemer sur la droite, vous retrouvez la rue Bonaparte qui vous mène à la très chic place Saint-Sulpice.

Esprit shopping à Saint-Sulpice

Saint Sulpice

Autour de la fontaine aux lions qui fait face à l'imposante Eglise Saint-Sulpice, rien de moins que Yves Saint-Laurent, J. C. de Castelbajac, Christian Lacroix ou encore les parfums Annick Goutal ! Toute proche, dans la rue Bonaparte, la vitrine du pâtissier Pierre Hermé rassemble toujours une foule de clients qui font la queue. En face de la fontaine, le petit Café de la Mairie ne paie pas de mine mais se révèle, lui aussi, toujours bondé. Son atmosphère intime attire en particulier écrivains et éditeurs qui fréquentent assidûment le quartier.

En prenant la rue Saint-Sulpice sur la droite (vous passez donc l'église), vous trouverez une foule de boutiques déco comme Maison de Famille ou Muji. Accro du shopping ? Rassurez-vous, vous n'avez pas encore épuisé toutes les ressources du quartier ! Rendez-vous à la toute proche galerie commerciale du Marché Saint-Germain. De son flanc ouest part la rue Guisarde, dans laquelle se cache la très élitiste boutique Les 3 marches de Catherine B et où s'exposent les plus belles pièces vintage Chanel ou Hermès de la capitale. Écumez alors le petit périmètre délimité par les rues du Four, rue Mabillon, rue des Saints-Pères et la place de la Croix-Rouge, où de nombreuses boutiques confidentielles ont élu domicile.

Revenez enfin sur vos pas vers la place Saint-Sulpice, d'où vous prenez la rue du Vieux Colombier. Vous y trouverez les boutiques Longchamp, Victoire ou encore la Galerie Sentou. Dans la rue Madame que vous croisez peu après, c'est à A.P.C. qu'il faut faire une halte, avant de rejoindre le métro Saint-Sulpice, où vous pourrez terminer cette balade dans l'un des nombreux cafés typiquement parisiens qui l'entourent.

En savoir plus :

Recommandez cet article à vos proches




sejour.org