Le Canada abandonne l’obligation de se faire vacciner pour les voyages nationaux et internationaux à partir du 20 juin

mercredi 15 juin 2022

Le Canada abandonne l'obligation de se faire vacciner pour les voyages nationaux et internationaux à partir du 20 juin

Le gouvernement canadien renonce à exiger que les voyageurs nationaux et internationaux sortants soient entièrement vaccinés contre le COVID-19, à compter du 20 juin. Toutefois, toutes les exigences relatives à la rentrée dans le pays resteront en vigueur, et tous les passagers devront continuer à porter un masque facial.

Ce changement permettra aux Canadiens non vaccinés de monter à bord d’avions et de trains à destination d’un pays ou d’un pays étranger, mais ils seront toujours tenus de respecter les exigences actuelles en matière de dépistage et de quarantaine à leur retour de leur destination internationale.

De plus, " en raison de la nature unique des voyages en bateau de croisière ", les exigences en matière de vaccination pour les passagers et l’équipage des bateaux de croisière resteront en vigueur.

L’obligation d’utiliser l’application ArriveCAN [1] pour présenter une preuve de vaccination à l’arrivée au Canada afin d’éviter une quarantaine fédérale sera maintenue, et tous les voyageurs devront continuer à se conformer aux exigences d’entrée des autres pays, ce qui pourrait limiter les destinations que les voyageurs non vaccinés pourront visiter. De nombreux pays, dont les États-Unis, continuent d’exiger une preuve de vaccination à l’entrée.

Le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, le ministre des Transports, Omar Alghabra, la présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier, et le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, ont fait cette annonce mardi, en même temps que d’importantes mises à jour des mandats de vaccination du Canada pour les travailleurs des transports et les employés fédéraux.

En révélant les politiques mises à jour, le gouvernement affirme que les mandats ont été efficaces pendant toute la durée de la pandémie, mais qu’ils n’ont jamais été conçus pour être permanents. Toutefois, si le nombre de cas devait augmenter à nouveau, les fonctionnaires fédéraux affirment qu’ils n’hésiteront pas à rétablir les restrictions de voyage liées au COVID-19 qui ont été suspendues.

Le gouvernement canadien précise que cette mesure intervient maintenant "à la suite d’une campagne de vaccination réussie". Près de 90 % des Canadiens admissibles sont vaccinés contre le COVID-19.

"La décision d’aujourd’hui n’est pas basée sur quelque chose que nous nous sommes réveillés hier ou ce matin, et que nous avons décidé de faire. Nous avons fait nos devoirs... Ce qui nous a amené [à] aujourd’hui, c’est une période de discussions, de consultations, d’examen de la situation globale, de préparation à une vague potentielle à l’automne, mais [aussi] la situation actuelle aujourd’hui", a déclaré Alghabra. "Il est clair que la situation du COVID n’est pas la même aujourd’hui qu’à l’automne dernier, lorsque nous avons mis en œuvre le mandat de vaccination."

Les mandats fédéraux exigeant que tous les passagers des avions ou des trains soient entièrement vaccinés contre le COVID-19 avant de monter à bord ont été promis pour la première fois par les libéraux lors des dernières élections fédérales, et sont entrés en vigueur en octobre 2021.

Pression sur le gouvernement

Au cours des derniers mois, les politiciens de l’opposition et l’industrie du voyage ont exercé une pression croissante sur le gouvernement pour qu’il lève les exigences de vaccination des voyageurs, en invoquant les tensions et les retards importants dans les aéroports canadiens, ainsi que l’assouplissement des règles de santé publique provinciales.

Tout au long de ces appels, les libéraux ont défendu les mandats, faisant référence à plusieurs reprises à la nécessité de suivre la science et les conseils des responsables de la santé publique.

La sécurité comme priorité absolue

Mardi, les ministres ont déclaré que la " priorité absolue " du gouvernement fédéral demeure la sécurité des Canadiens, et que cette décision n’est pas liée à l’allègement de la pression dans les aéroports canadiens, qu’ils attribuent au " manque de personnel ".

Les ministres ont plutôt cité l’évolution du virus, les projections épidémiologiques et modélisées actuelles et le taux de vaccination élevé au Canada comme facteurs clés pour lever les mandats maintenant.

Le changement de politique étant susceptible d’entraîner un afflux encore plus important de voyageurs dans les aéroports canadiens, le ministre des transports a dû répondre à plusieurs questions pour savoir si le gouvernement était équipé pour faire face à ces nouvelles foules. Il a déclaré que le travail se poursuit avec l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pour "accroître l’efficacité".

La semaine dernière, le gouvernement a mis fin aux tests aléatoires obligatoires sur les voyageurs vaccinés dans les aéroports, mais a maintenu l’obligation de soumettre tout voyageur non vacciné à un frottis.

Pour être considéré comme pleinement vacciné dans le cadre de la politique fédérale, les personnes devaient prouver qu’elles avaient reçu une série complète de vaccins, mais pas de dose de rappel, malgré les appels des responsables de la santé publique pour qu’une troisième dose soit exigée afin de mieux protéger contre les maladies graves et de renforcer l’immunité déclinante.

Mardi, M. Duclos a déclaré que la variante Omicron a rendu évident le fait que deux doses "ne sont plus suffisantes", bien que le gouvernement ne fasse qu’encourager ceux qui n’ont pas encore reçu une dose de rappel du vaccin COVID-19 à le faire.

"Notre taux de rappels au Canada est trop faible. Il est inférieur à celui de tous les autres pays du G7, et ce n’est pas bon. Cependant, nous savons que nous pouvons faire mieux... et c’est [ce] que nous allons faire également dans les prochaines semaines et les prochains mois avec toutes les provinces et territoires, afin que nous soyons mieux préparés et suffisamment préparés pour ce qui... pourrait arriver à l’automne."

Réagissant à la nouvelle, le Conseil national des lignes aériennes du Canada - qui représente les plus grands transporteurs canadiens, dont Air Canada et WestJet - a déclaré qu’il considérait cette décision comme une "étape importante pour le secteur de l’aviation, l’industrie du tourisme et les voyageurs canadiens", mais qu’elle n’était pas suffisante pour résoudre les problèmes dans les aéroports.

Des changements à venir sur ArriveCAN

Le Conseil demande que des changements immédiats soient apportés à ArriveCAN afin d’éliminer les contrôles sanitaires faisant double emploi, de mettre fin au mandat pour les voyageurs internationaux entrants et de s’engager à rendre permanentes les récentes suspensions des mandats et des tests aléatoires.

" La décision du gouvernement de suspendre le mandat national de vaccination pour les employés du transport aérien et des transports est une mesure positive, qui simplifiera de nombreux aspects des voyages et rapprochera le Canada de la nouvelle norme actuellement en vigueur dans le monde. Les compagnies aériennes travailleront avec diligence pour mettre en œuvre ces changements ", a déclaré la présidente-directrice générale par intérim du Conseil, Suzanne Acton-Gervais, dans un communiqué.

La porte-parole conservatrice en matière de transports, Melissa Lantsman, a déclaré que si le gouvernement a "enfin" pris des mesures pour mettre fin aux mandats de voyage, elle a ajouté qu’une suspension n’est pas la même chose qu’une élimination complète. "Certains mandats de vaccination ne sont pas tous des mandats de vaccination. Nous n’avons toujours pas vu de données scientifiques justifiant un quelconque mandat", a-t-elle tweeté.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, affirme que son équipe a été consultée sur la décision de supprimer ces mandats avant que l’annonce ne soit faite, étant donné que le NPD est dans un accord de confiance et d’approvisionnement avec les libéraux.

"Nous avons dit que c’est un facteur très important dans toute décision, que nous suivons les meilleures preuves, et que nous faisons savoir aux Canadiens pourquoi certains ordres sont en place... Et s’il n’y a plus de preuves, nous ne devrions plus continuer avec un ordre [de santé publique]", a déclaré Singh. "Nous avons soutenu cette décision".


Notes sur l'article "Le Canada abandonne l’obligation de se faire vacciner pour les voyages nationaux et internationaux à partir du 20 juin"

[1Pour télécharger l’application ArriveCAN : https://play.google.com/store/apps/details?id=ca.gc.cbsa.coronavirus&hl=fr&gl=US

A voir aussi sur le site

  • Québec : Le parc national de la Jacques-Cartier

    Situé dans le massif des Laurentides, le parc national de la Jacques-Cartier est une réserve de 670 km2, accessible à 30 minutes de la ville de Québec. Sa belle vallée glacière, les célèbres descentes
  • Montréal

    Principale ville francophone d’Amérique , Montréal est est le centre culturel et économique de la belle province, Québec, au Canada. Montréal est la plus grande ville de la province du Québec en
  • Séjour au Québec : l’anglais est-il devenu indispensable ?

    Depuis quelques années nous constatons que le nombre de québecois anglophones ne cesse d’augmenter. Dans cet article nous allons essayer d’analyser cette évolution démographique pour se rendre compte
  • Top 10 des plus beaux attraits touristiques de Montréal

    Montréal, la seconde métropole francophone et, sans doute, la ville la plus européenne d’Amérique du Nord, est un mélange assez original d’histoire et de modernité, une ville cosmopolite balayée par des
  • Canada, Les chutes Niagara

    Les chutes du Niagara constituent une des plus célèbres attractions naturelles de la planète, à la frontière entre le Canada et les Etats-Unis, à 100 kilomètres au sud de Toronto. Son nom découle du mot