Les maisons traditionnelles au Vietnam
Accueil du site > Asie > > Les maisons traditionnelles au Vietnam

Les maisons traditionnelles au Vietnam




Les maisons traditionnelles au Vietnam

Pourquoi les maisons actuelles au Vietnam sont hautes, étroites et profondes ? Il n’y a pas encore une explication officielle mais je pense que pour économiser le terrain, selon Monsieur Sau – Professeur de la culture vietnamienne à l’Ecole supérieure de la Culture de Hanoi. Les maisons traditionnelles au Vietnam ne sont pas comme ça.

Pourquoi les maisons modernes sont donc ainsi ?

Avec le développement commercial, le prix des maisons dans les villes augmentent sans cesse, notamment avec le baby-boom après la guerre. Au centre de la ville où le commerce joue le rôle important pour toutes les familles, on cherche à « faire business » en profitant de toutes les superficies : maison, trottoir, place publique, ruelle entre les maisons….etc. Puisque il y a beaucoup d’activités commerciales se passent dans la rue, on cherche de toute façon à posséder un morceau au bord de la rue quoique ce soit une toute petite façade de 2m de large. La limite de la largeur est assurée par la profondeur et les étages pour avoir suffisamment de superficie pour toute la famille souvent en 3 générations.

Donc les maisons-tube ont été créé dont le rez-de-chaussée devient la boutique et on habite dans la partie derrière ou en étage. Ce mode de vie a connu une évasion importante dans tout le pays. Partout au Vietnam actuelle, vous trouvez des maisons-tube où on fait le business en base et habitent en haut.

Monsieur Sau : « une autre raison est que : le taille des vietnamiens est plus petit que les occidentaux, alors on construit et habite dans les maisons en taille plus petit ».

Les maisons traditionnelles du Vietnam

Autrefois, les maisons des vietnamiens sont formées des matières naturelles comme des pailles, des éteules, des feuille de palmier, du tige des arbres. Chaque région choisisse un type différent de maison. Au delta, on construit la maison basse pour limiter les tempêtes, à la montagne, on habite dans les maisons sur pilotis pour éviter les prédateurs......

Située dans une région de rivières et de cours d’eau, la maison vietnamienne est fortement liée à ce milieu humide, les gens qui dépendent des cours d’eau pour vivre (pêcheurs, passeur, etc…) habitent habituellement leurs embarcations : Ce sont les bateaux-maisons, radeaux-maison qui, rassemblant plusieurs familles, forment des villages flottants, des villages de pêcheurs, des hameaux de pêcheurs. Des certaines tributs des ethnies minorités habitent dans les maisons sur pilotis pour échapper aux perpétuelles inondations, pour le diplomate anglais Finlayson, à SaiGon au début du XXè siècle, il y a “ beaucoup de maisons hautes sur pattes, au plancher en bois, bien rangées le long des canaux, des rivières ou bien encore le long des grandes routes, spacieuses et aérées. Les maisons sur pilotis sont précisément le modèle d’habitation le plus répandu au Vietnam. Elles sont encore actuellement répandues dans les campagnes et dans les hautes régions montagneuses. Elles permettent à la fois de faire face en permanence à un environnement lacustre, de lutter contre des pluies torrentielles et subites des montagnes et contre les inondations périodiques des zones basses, réponse à un climat très humide, de limiter des attaques des insectes et des fauves (parasites, reptiles, tigres, etc….)

2 types populaires de maison au Vietnam est la maison traditionnelle des Kinhs au delta et la maison sur pilotes au montagnes

La maison traditionnelle des Viet (Kinh)

Chaque maison comprend les parties suivantes : bâtiments principal, bâtiment secondaire, jardin, vivier, basse-cour, étable, cour de séchage, clôture et porte. Le paysan vietnamien sait exploiter les trois éléments « homme – terre - eau » pour stabiliser son environnement et recréer l’équilibre écologique dans sa demeure.

Le bâtiment principal est la partie essentielle. Il comprend un nombre impair de travées (1, 3, 5 ou 7) plus 2 appentis. Rares sont les maisons ayant un nombre pair de travées. Le nombre de travées comme le choix des matériaux sont fonctions des conditions financières de chaque famille et aussi des conditions environnementales. La disposition de l’édifice respecte les règles de la symétrie. La travée centrale tient lieu d’ espace de culte et de réception. L’agencement de la maison trahit la partialité des constructeurs, les travées principales étant réservées aux hommes tandis que les femmes se contentent d’appentis ou de bâtiments secondaires.

La travée centrale reflète le caractère du propriétaire de la maison et est bien rangée avec ses colonnes ornées de motifs décoratifs et ses charpentes en bois finement sculptées. Dans la maison traditionnelle Viet, l’autel des ancêtres est l’objet des soins attentifs de la famille. Il occupe la place d’honneur, au beau milieu de la travée principale, entouré de panneaux transversaux et de sentences parallèles. C’ est aussi le lieu où se passe les cérémonies les plus importantes de la famille hors des fêtes traditionnelles au Vietnam.

Une maison solide peut durer plusieurs siècles. C’est une fortune qui se transmet de générations en générations. Elle symbolise la prospérité d’une famille, voire d’une lignée. Pour construire une maison, on s’entoure de précautions : choisir les matériaux, chercher l’heure, le jour, le mois et même l’année fastes avant de jeter les fondations. Les matériaux de construction sont soit le bois, le bambou, la terre ou la pierre…, selon les conditions économiques de chaque famille. Les murs sont en bois ou en torchis. Il existe aussi des maisons à toiture inclinée et recouverte de tuiles doubles (une tuile plate et une tuile à crochet), aux murs en brique badigeonnés de chaux, à l’aspect simple et modeste.

La maison sur pilotis des minoritaires :

Faites en bois solide comme Lime (les "bois de fer »), ces maisons sont construites sur pilotis, avec le toit traditionnel de palme. Elles peuvent expulser le chaud de l’été. Ces maisons sont comparées comme des climatisations.

Ils sont souvent entourés de balcons et ouverts sur les quatre côtés pour accueillir le vent. Pour couvrir une taille moyenne maison (8m x 12m), on doit utiliser trois mille palmiers. Une seule famille ne possède pas assez de palmiers arbres pour faire un toit et il faut avoir l’ aide de tout le village : les voisins apportent leur palmiers en échange la famille fournissent de la nourriture et l’ alcool pour tout le monde jusqu’ à ce que le toit est achevé.

Après les trekkings dans les villages minoritaires, les voyages s’intéressent particulièrement à la nuitée chez les habitants dans les maisons sur pilotis. Ils peuvent vivre avec les habitants, prendre les repas locaux, et sentir leur ouverture, leur attitude amicale.

En savoir plus :

Recommandez cet article à vos proches




sejour.org