Top 3 de mes randonnées préférées
Accueil du site > Amérique du sud > > Top 3 de mes randonnées préférées

Top 3 de mes randonnées préférées




Top 3 de mes randonnées préférées

Nous entamons aujourd’hui fort de notre expérience de l’Amérique du Sud et de la randonnée, une série en 3 actes consacrée à nos activités pédestres dans cette région du monde : randonnées (marches de moins d’une journée), treks (2 journées ou plus) et enfin le plus sportif, les ascensions de sommets.

C’est parti donc pour ce 1er volet !

Purmamarca/Tilcara/Humahuaca, Argentine

Purmamarca

Le Nord-Ouest Argentin offre, en matière de marche, d’infinies possibilités notamment aux alentours des villages de Tilcara, Purmamarca et Humahuaca. Un terrain de jeux pour lequel le mot “couleur” semble avoir été inventé tant le décor reflète une impressionnante palette de nuances.

Ou quand Mère Nature s’amuse à défier les plus talentueux des peintres impressionnistes.

Huerquehue, Chili

Huerquehue

A quelques encablures de la dynamique Pucon se trouve l’un des joyaux du Chili : le parc naturel de Huerquehue. Si parcourir sa dense forêt peut s’avérer physique (10 kms et 6 heures de marche pour ma part), le jeu en vaut évidemment la chandelle : le parcours est bucolique à souhait et les nombreux lacs “cachés” qui le jalonnent sont comme autant d’oasis au bord desquelles il est facile de se laisser aller à la contemplation. Quant au maître des lieux, le volcan Villarrica, il n’est jamais très loin.

Los Glaciares, Argentine

Los glaciares

Si vous décidez de vous attaquer au parc de los Glaciares, vous aurez avant tout besoin d’une batterie supplémentaire pour votre appareil photo et d’un dictionnaire des synonymes : vous risquez d’épuiser assez vite votre réservoir de superlatifs. Si la star du sud du parc est sans aucun doute le glacier Perito Moreno, le nord apparaît beaucoup plus authentique (comprenez moins touristique) et bien plus propice à la randonnée. Le monarque local : le mont Fitz Roy, 3405 m, sur les parois verticales duquel seuls les alpinistes les plus expérimentés peuvent évoluer. En contrebas, des plaines magnifiques où j’ai pu gambader en toute tranquillité (de l’avantage de se lever à 5h du matin) et où je me suis parfois laissé gagner par l’émotion : dans ce genre de décor, on se sent très petit, on se sent très grand mais on se sent surtout incroyablement chanceux.

Mots-clés de l'article

Recommandez cet article à vos proches




sejour.org